La mairiePar tous les tempsIci on a du goûtVivre làRepartir pour ailleurs
Gâvres > Vivre là > Rien de rien

Rien de Rien …

Est-ce qu’il vous arrive de vous poser seul ou de ne rien faire ?

Réussir à nous détendre n’est pas chose aisée. Certains doivent même réapprendre tellement ils en ont perdu l’habitude.
Que ce soit dans la vie professionnelle ou dans nos relations familiales, nous faisons sans cesse des découvertes, parfois même à notre insu. D’où l’importance de nous poser tranquillement à certains moments pour "digérer" tout ça.

Pourquoi est-ce si difficile ?

À certains moments, le simple fait de se poser peut faire émerger des évènements ou des sentiments désagréables que l’on fait tout pour oublier. Comme dans toutes les histoires, il existe toujours des situations ou des problèmes non résolues. Mais le fait de nous priver de ces moments de détente ne fera pas disparaître les problèmes. Au contraire, en apprenant à les connaître, il sera plus aisé de les affronter.

A consommer avec modération !

L’intérêt du farniente, comme disent les Italiens, réside dans l’équilibre entre activité et cette douce oisiveté. Celle-ci ne doit pas être confondue avec une paresse ou un laisser-aller qui, improductifs et répétés, sont loin de posséder les vertus ou les qualités de cette récréation, de cet « art de ne rien faire ».

L’art de ne rien faire

Pas plus tard qu’hier, en rentrant, je me suis rendu compte d’une étrange habitude que j’ai depuis longtemps : j’ouvre ma vitre en arrivant sur la « falaise », je fais le tour du port, je prends le temps de regarder, d’interpréter les choses, telles qu’elles viennent. Beaucoup de gens sont pressés de rentrer, mais pas moi. En fait, depuis très longtemps, j’ai l’habitude de sentir la mer, de la respirer. Tout cela me vient d’un besoin que j’ai de puiser sans cesse de nouvelles énergies.

Gâvres, ressource inestimable.

Des énergies que j’imagine nécessaires à beaucoup d’entre nous pour résister aux pressions de toutes sortes, pour construire sa vie, pour relever les défis de demain, pour agir, pour soi, pour les autres …
Et si nous parlions de privilège, à Gâvres, ce serait pour moi celui de puiser « l’inépuisable », d’estimer « l’inestimable » d’une énergie totalement « renouvelable ». Le pire, en conséquence, ce serait pour moi de ne RIEN transmettre de ce « rien de rien ».

 Ok
Recherche avancée





Découverte de l'histoire de Gâvres




Voir
 le numéro février 2014 spécial élections municipales